Syngof | Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France Syngof – Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France

 

L’année 2018 aura été une année de contrastes pour nos spécialités.
Année de menaces et de combats pour faire reconnaître les spécificités de la gynécologie et de l’obstétrique face aux détracteurs de tous horizons. Féministes pour qui trop souvent nous sommes maltraitants, le monde politique qui foule au pied les efforts territoriaux de restructuration de nos maternités publiques tout en criant aux déserts médicaux qu’ainsi ils aggravent. Assureurs complémentaires qui sortent l’obstétrique du panier de soins. Nouvelle attaque de la liberté de conscience spécifique pour l’IVG, devenue pour le haut-commissariat à l’égalité des hommes et des femmes comme pour une poignée de sénateurs et sénatrices activistes le principal obstacle à l’accès aux IVG dans les maternités publiques. Sur chacun de ces points nous sommes montés au créneau pour défendre notre spécialité.
Année plutôt faste sur le plan financier avec une nomenclature des actes cliniques qui se diversifie et la montée en charge des options tarifaires OPTAM et OPTAM-CO permettant une revalorisation conséquente des honoraires avec une baisse du reste à charge pour les patientes, gagent d’un meilleur accès aux soins pour la gynécologie et l’obstétrique libérales. Ce sont les fruits de notre engagement à bâtir et signer une nouvelle convention en 2016.
Cette année le SYNGOF s’est engagé et participe aux travaux nationaux de restructuration des activités de chirurgie et des maternités. Il s’agit d’un vaste chantier qui doit redessiner l’organisation des soins en tenant compte d’une carte sanitaire plus concentrée ; il s’agit de mettre en place de nouveaux parcours de soins pour nos patientes qui auront moins de choix, mais des choix de qualité plus constants dans tous les territoires.
On ne mesure probablement pas encore tout ce que la télémédecine financée par l’assurance maladie, lancée cette année, nous apportera en termes de services supplémentaires aux patientes «2.0» qui sont celles de notre société en pleine mutation.
Au-delà des soubresauts actuels, je reste optimiste tant que nous serons vigilants et combatifs pour développer ce que doit être la médecine de la femme du 21ème siècle. Notre voix est écoutée et le restera tant que nous serons nombreux à animer le SYNGOF. Faites adhérer autour de vous et manifestez-vous auprès des membres du CA de votre région.
Le conseil d’administration du SYNGOF se joint à moi pour vous adresser tous ses vœux de bonne année 2019.
Dr de ROCHAMBEAU
Président du SYNGOF

 

PUBLICITÉ