Pénibilité du travail : les avis syndicaux convergent, le ministère doit nous entendre

Avenir Hospitalier4petit

Avenir Hospitalier se félicite des avis convergents sur le besoin de reconnaissance de la pénibilité de notre travail, et sur le besoin urgent d’ouverture de négociations spécifiques sur ce thème.
Urgent car les débats sur la retraite redémarrent à l’Assemblée Nationale, et que pénibilité et retraite sont des thèmes indissociables dans l’actualité.
Urgent, car désormais nul ne peut ignorer les difficultés que rencontrent les hôpitaux pour recruter et garder des médecins en son sein : la reconnaissance de la pénibilité de notre travail est un des piliers de l’attractivité des carrières, notamment pour toutes les spécialités à forte participation à la permanence des soins.
Urgent, car les annonces de dialogue et d’avancées doivent se concrétiser et ne pas rester lettre morte. Les modifications des deux articles sur les astreintes doivent n’être que le premier pas d’une refonte globale de la réglementation sur le temps de travail, avec meilleure prise en compte de la pénibilité et des horaires atypiques.
Le SNPHAR-E, membre fondateur de Avenir Hospitalier, a posé un préavis de grève pour le 28 novembre. Porteur depuis 2010 de la réflexion sur la pénibilité du travail de nuit et en horaires alternants, c’est lui qui a permis par sa constance et son énergie, que ce sujet ne soit pas enterré, et que le thème de la pénibilité soit désormais devenu incontournable et rassembleur.
Avenir Hospitalier soutient ce mouvement, et exige des négociations très rapides pour que des dispositions statutaires spécifiques permettent la reconnaissance de la pénibilité du travail de nuit et en horaires alternants. On ne peut nous opposer une fois de plus la Fonction Publique dont nous ne faisons pas partie, sauf quand ça arrange les pouvoirs publics ! Ou alors nous voulons un taux de remplacement de 75% du dernier salaire lors du départ en retraite !
La réflexion doit être globale, en urgence dans le contexte de réforme des retraites, mais avec en parallèle un travail de fond qui doit reconnaître que les changements au sein de l’hôpital ont eu de lourdes conséquences sur nos vies.
Les contraintes de temps qui désormais gouvernent les organisations hospitalières ont trop modifié nos conditions de travail pour que ça ne conduise pas à se pencher sur des statuts rénovés, reconnaissant les pénibilités, permettant leur prévention, des fins de carrière adaptées au bien vieillir à l’hôpital, un décompte du temps de travail adapté avec 5 demi journées par 24H, dont une nouvelle plage de fin de journée ou de début de nuit.
 
Nous appelons donc à l’ouverture de négociations urgentes, avec un calendrier clair et serré, et un cadrage ne se limitant pas à des propositions de reconversions professionnelles qui ne sont pas la solution. Sans quoi nous envisageons la possibilité d’actions propres à notre Intersyndicale.

Nicole SMOLSKI
Administratrice du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers en Anesthésie Réanimation Elargi.
www.snphar.com
Présidente de l’Intersyndicale Avenir Hospitalier. www.avenir-hospitalier.fr
06 88 07 33 14
04 26 10 93 67