IVG et clause de conscience : le SYNGOF répond à la sénatrice Nadine Grelet-Certenais

En réponse à Madame la sénatrice, le SYNGOF précise que si l’accès à l’avortement pour les femmes est un droit essentiel, incontesté et incontestable, la réalisation de l’avortement n’est pas un acte de soins ordinaire. A ce titre, il nécessite des médecins à qui la loi reconnait le droit d’avoir une liberté de conscience. Qu’une sénatrice de la France, élue de la nation, ne reconnaisse pas la liberté de conscience des soignants est intolérable à la nation.

Contenu réservé aux adhérents Syngof

Veuillez vous connecter à votre compte Syngof pour lire ce contenu.

Connexion à votre compte SYNGOF
   

Vous êtes adhérent du Syngof
et vous n'avez pas encore de compte SYNGOF.FR ?

Venez créer votre compte en ligne. Ce compte sert à déclarer votre adhésion et régler vos cotisations.

JE CRÉE MON COMPTE

IVG et clause de conscience : le SYNGOF répond à la sénatrice Nadine Grelet-Certenais

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn