COVID-19 : Questions / Réponses

Documents utiles

Nous recevons chaque jour des questions relatives à notre exercice professionnel, et tout particulièrement durant cette période épidémique inédite. Nous avons choisi de publier ici les principales questions en lien avec le COVID-19 (en conservant l’anonymat des émetteurs) et les réponses apportées, ces dernières étant susceptibles de répondre aux interrogations de nombreux adhérents.

Nous restons à votre disposition pour toute question : syngof@gmail.com

04/04

Q : Mon ordonnance étant périmée, mon pharmacien refuse de me fournir ma pilule contraceptive sous prétexte que mon gynécologue assure toujours, malgré le confinement, ses consultations gynécologiques. Ayant une ancienne ordonnance chez mon pharmacien, on me refuse tout de même de me la fournir. Ma gynécologue sous prétexte que je ne suis pas confinée très loin du cabinet (>5km), prétend qu’elle n’a pas la possibilité de me fournir mon ordonnance sans m’avoir consultée et précise qu’elle ne reçoit pas les gens malades ! Je ne peux me permettre de courir le risque de m’exposer au virus, je suis asthmatique chronique et je ne suis pas en confinement seule ! Que puis-je faire ? Je n’ai qu’une semaine et demi avant le début d’une nouvelle plaquette (que je n’ai donc pas).

R : Chère Madame. Nous sommes désolés de ce qui vous arrive. Mais vous pouvez avoir un renouvellement de contraception de plusieurs façons. Dans la période actuelle, les consultations non urgentes ne se font plus en présentiel. De nombreux praticiens ont mis en place des téléconsultations pour les cas où un échange avec leur patient leur parait indispensable. Vous pouvez prendre rendez-vous facilement sur un site de télé consultation (Doctolib, Medaviz) avec un ou une gynécologue autre que celle qui vous connaît et ne pratique pas ce service. Même si le médecin que vous consultez ainsi ne vous connait pas préalablement, la télé consultation est prise en charge par l’assurance maladie en cette période de confinement et le médecin pour vous envoyer une ordonnance par mail. Vous pouvez aussi contacter votre médecin généraliste par téléphone et il pourra probablement vous dépanner. Par ailleurs, outre la réglementation courante sur le renouvellement de la contraception, l’arrêté en PJ prévoit bien que les pharmaciens peuvent « délivrer, dans le cadre de la posologie initialement prévue, un nombre de boîtes par ligne d’ordonnance garantissant la poursuite du traitement ». Cela s’applique à la dispensation de votre pilule contraceptive. Cependant il est précisé que « la délivrance ne peut être assurée pour une période supérieure à un mois. Elle est renouvelable jusqu’au 15 avril 2020. » Encore une fois nous regrettons que l’on vous complique la vie sans raison.

25/03
Q : Papas interdits de séjour dans les maternités : ne va-t-on pas trop loin ?

R : En période épidémique, seule la mère doit être admise en maternité. Principe de base si on veut encore avoir des maternités avec du personnel d’ici quelques semaines.

23/03
Q : Le SYNGOF a demandé récemment à ce que les cabinets de gynécologue en ville ne soient pas fermés. Par ces nouvelles mesures de durcissement du confinement le Premier ministre ce soir a parlé les déplacements pour motif de santé dorénavant uniquement sur convocation. Je suis en secteur 2 non adhérent à l’OPTAM et les consultations sont sur rendez-vous. Cette nouvelle disposition dont le décret sort demain signifie donc clairement la fermeture des cabinets Médicaux non essentiels contre le coronavirus. Ce serait une situation catastrophique parce que l’arrêt des activités signifie absence de trésorerie et le cabinet ne pourra pas assurer les charges courantes comme le loyer, le leasing de l’appareil échographie, le salaire de la secrétaire, le leasing de la voiture à usage professionnel et bien d’autres.

Je sollicite donc le SYNGOF pour nous donner plus de précisions sur ce décret et éventuellement m’indiquer dans cette perspective peu radieuse quels sont les recours possibles de compensation financière. Le report de deux mois des cotisations sociales de l’URSAAF et de la CARMF sont dérisoires, surtout il y aura toujours lissage des dus sur le reste de l’échéancier 2020 après.

R : L’épidémie de COVID 19 contre laquelle nous luttons nécessite un confinement de la population. C’est la raison pour laquelle chacun doit rester chez soi. 

Les consultations non urgentes doivent être reportées, comme les chirurgies programmées. Seules les urgences dont font partie l’obstétrique et les IVG, ainsi que les interventions pour cancer seront assurées dans les délais qui n’assombrissent pas leur pronostic. En conséquence, il vous est demandé d’annuler les rendez-vous qui ne correspondent pas à ces cas. Pour que l’épidémie dure le moins longtemps possible, le confinement doit être efficace, c’est-à-dire très rigoureux. 

Votre personnel peut être mis en chômage partiel ou contraint de garder ses enfants, les 2 cas seront dédommagés selon les promesses du gouvernement. Le report des charges aidera aussi à ménager votre trésorerie. Pour le reste, la situation est celle d’une guerre et nous devrons faire des efforts. Vous pouvez interroger votre banquier. Les solutions viendront de vous, si vous attendez que le gouvernement assure toutes les conséquences, vous risquez d’être déçu, nous n’en savons rien. 

Nous vous tiendrons informés des décisions réellement prises quand elle seront publiées.

Q : Mon gynécologue maintient mon rdv de contrôle. J’ai demandé à le décaler à une date ultérieure mais il ne veut pas. Est-ce bien sage d’y aller ? De plus si je suis contrôlée par la police, je ne risque pas d’être verbalisée ?

R : Pourquoi ne pas demander à votre gynécologue une téléconsultation ? Vous pourriez poser vos questions d’ordre gynécologique et lui demander pourquoi il maintient ce rendez-vous ?  Effectivement, les examens de routine, de prévention sont les consultations gynécologiques à différer en priorité dans ce contexte d’épidémie.

20/03
Q : Le report des charges URSSAF est automatique ou il faut en faire la demande ?

R : Le report semble avoir été effectué automatiquement, en tout cas je vous le confirme pour nous.

19/03
Q : Impossible de joindre la ligne dédiée de la Sécurité Sociale pour répondre à cette question. Pouvez-vous me dire si on envoie l’arrêt à la Sécurité Sociale ou à l’URSSAF ?

R : Si vous faites un arrêt de travail pour infection c’est à l’assurance maladie, comme d’habitude, qu’il doit être adressé et il faut prévenir le service compétent de votre ARS. Si c’est une mise en chômage partielle de vos employés pour baisse d’activité, les modalités sont différentes et c’est à l’URSSAF qu’il convient de s’adresser.