Lutte contre le système prostitutionnel : Le Syngof dénonce des dispositifs inopérants et des aides financières insuffisantes pour lutter contre la précarisation des personnes prostituées

Indépendamment de tout jugement moral, le SYNGOF dénonce la précarisation de la santé des travailleurs et travailleuses du sexe du fait de la clandestinité qu’implique nécessairement l’application de la nouvelle loi visant à lutter contre le système prostitutionnel.
Le SYNGOF alarme sur les effets pervers d’une loi qui éloigne les prostituées des structures de soins préventifs et curatifs ainsi que des associations qui les soutiennent. Il met en garde les pouvoirs publics sur les risques qu’ils font encourir à ces personnes : augmentation des agressions physiques, des viols, des risques d’infections sexuellement transmissibles, et conséquemment de détresse psychologique.
Le SYNGOF proteste contre le cynisme du ministère des affaires sociales quand il prétend vouloir sortir les personnes du système prostitutionnel avec des aides financières aussi minimalistes que mal définies et n’y voit qu’une fumisterie politicienne n’ayant rien à voir avec ce que doit être une véritable politique de santé publique.

Bertrand de ROCHAMBEAU, Président du SYNGOF – 06 48 20 16 77
Morgane MERTEUIL, Porte parole du STRASS – 06 63 58 45 23
Contact presse :
Emeline Barbé – 06 87 76 17 23 – emeline@eb-conseil.net