Loi santé : à l’occasion du mouvement de grève, le SYNGOF soutient les revendications pour une légitime revalorisation tarifaire des actes médicaux

L’ensemble des médecins libéraux, spécialistes et généralistes, prépare un mouvement de grève historique entre le 24 et le 31 décembre. Motivée par le rejet de la loi santé, cette contestation massive porte également sur une nécessaire et légitime revalorisation tarifaire des actes médicaux, en opposition avec les récentes déclarations de la Ministre Marisol Touraine qui affirmait que l’augmentation du tarif de la consultation n’était pas à l’ordre du jour, « la rémunération des médecins ayant augmenté depuis deux ans à travers la rémunération des objectifs de santé publique (ROSP) ».
Le SYNGOF tient à préciser que dans ce cadre, les gynécologues ne sont concernés que par le seul volet « organisation du cabinet ». Si comme l’affirme encore la Ministre, certains actes techniques avaient été revalorisés, à la faveur de l’évolution de la CCAM, une nouvelle fois le SYNGOF constate que les gynécologues n’ont pas bénéficié de cette revalorisation.
Le SYNGOF entend collaborer avec le  ministère de la santé et la CNAM pour valider la rémunération des objectifs de santé publique au même titre que d’autres spécialités qui ont déjà bénéficié de cette revalorisation (médecine générale,  cardiologie, gastro entérologie  et bientôt endocrinologie).

Contacts presse :
Emeline Barbé – 06 87 76 17 23 – emeline@eb-conseil.net
Dr Elisabeth Paganelli, Secrétaire Générale du Syngof – 06 33 12 07 04