Déprogrammation des interventions : en dernier recours et à trois conditions essentielles !

Communiqué du BLOC 
Samedi 24 octobre 2020

Déprogrammation des interventions : en dernier recours et à trois conditions essentielles !

Du fait de la progression de la deuxième vague épidémique du Sars-CoV-2, la déprogrammation des interventions a été décidée dans les régions les plus touchées pour consacrer le maximum d’activités de soins à la lutte contre le virus.

Le syndicat LE BLOC rappelle ses exigences pour l’organisation de ces déprogrammations, déjà énoncées en mars et confortées après retour d’expérience des conséquences délétères de la déprogrammation massive imposée en mars sur tout le territoire lors de la première vague :

  1. La décision de déprogrammation est une décision médicale : seule l’équipe chirurgicale (anesthésistes et chirurgiens) doit en prendre la responsabilité en fonction de la pathologie du patient, du degré d’urgence de l’intervention et des conséquences du retard de prise en charge induit.
  2. Tous les acteurs (soignants et établissements) mobilisés pour la prise en charge des patients COVID doivent recevoir les mêmes moyens humains, matériels et financiers.
  3. Les praticiens doivent être indemnisés pour cet arrêt forcé d’activité dès le premier jour, comme c’est le cas depuis le début de la crise COVID pour les établissements.