Le Syngof Pôle public s’engage très activement grâce à la force d’Avenir Hospitalier

Actualité syndicale, Praticiens hospitaliers

Suivez de près l’actualité sur le traitement des données médicales, et parlez-en à tous vos collègues +++ 

L’histoire :
Un médecin DIM de Bretagne lance une alerte sur l’accès de sociétés privées directement dans les dossiers non anonymisés des patients, d’autant que le CNOM (service juridique, commission éthique et déontologie) précise qu’il est de son devoir de s’y opposer (risque pénal/secret médical): ceci ouvre un long conflit avec la direction … (re (sur !) codages manifestes !
 
De de très longs mois plus tard, la CNIL est contrainte de venir enquêter, et… 4 mois plus tard  (cf. Courrier_de_la_CNIL oct.2013) confirme l’avis du CNOM : le directeur est mis en demeure de se conformer aux textes et donc de faire ce que préconisait le médecin DIM.
 
LAS ! le médecin DIM lanceur d’alerte est depuis mars 2013 évincé de son poste de médecin DIM, et placardisé contre son gré, et nous en sommes là : le directeur a seul le pouvoir « d’affecter »  (le CNG nomme, le directeur affecte !!)… Et notre haute administration qui dans son logiciel n’a aucune case médecin légitime/déontologie  bloque !
 
La FHF des directeurs reconnait qu’il faut revoir les textes – et nous pouvons donc en déduire que le lanceur d’alerte avait raison de s’inquiéter !
 
Il semblerait à cette heure que la conférence des présidents de CME se soit rangée aux côtés des directeurs et fasse obstacle à la réintégration sur son poste du médecin DIM …
Surprenant que des médecins félicitent des directeurs de violer la déontologie, et accablent le collègue qui la fait respecter !!!
Surprenant que le CNOM – qui par ses avis déontologiques est formel : il y avait faute ! – ne hausse pas le ton !!
 
Renseignez-vous auprès de vos médecins DIM (avis ? pressions ? necessité de reconnaissance de leur spécialité, et débat sur la sécurisation des données médicales, et l’optimisation -honnête !- de la T2A)
 
REVENDIQUONS LE DROIT D’ETRE AVANT TOUT DES MEDECINS AU CHEVET DES PATIENTS, et au titre de la déontologie, indépendants de l’autorité administrative !
 
REVENDIQUONS que les présidents de CME restent un contact souhaitable et équilibré entre médecins et administration, une vraie représentation des médecins, et non une simple courroie de transmission de la direction !
 
EXIGEONS UNE MODIFICATION DE LA LOI HPST QUI, DE FAIT, TRANSFORME TOUT PH gênant en simple pion, y compris si sa légitimité à agir a été contresignée par le CNOM et la CNIL!

Manifestez vous auprès du SYNGOF et du CNOM

Participez à l’AG d’Avenir Hospitalier le 10 janvier à Paris

 

Pascale Le Pors-Lemoine
p.lepors@ch-stmalo.fr