Syngof | Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France Syngof – Syndicat National des Gynécologues et Obstétriciens de France

 

Les enjeux de la rentrée 2020

Le 17 septembre 2020 débute un nouveau cycle de discussions conventionnelles chargées d’écrire l’avenant 9 à notre convention qui gère le financement des médecins libéraux. Ce sera le dernier avenant avant les élections professionnelles d’avril 2021. Le SYNGOF, au sein du BLOC, aura comme objectif l’évolution de l’OPTAM et de l’OPTAM CO, devenus depuis 2016 obsolètes sur bien des points. Les carrières de chacun ont évolué, les pratiques tarifaires sur lesquelles chacun s’est engagé ne sont plus comparables, pour les jeunes installés, comme pour ceux qui exercent aussi dans les maternités publiques, ceux qui ont intégré des groupes ou encore ceux qui ont changé de territoire et qui tous se retrouvent bloqués.  Enfin pour tous les autres les engagements, les tarifs de 2013, 2014 et 2015 ne sont plus acceptables.

Il y aura aussi probablement une opportunité de mettre en place des revenus supplémentaires pour la gynécologie médicale sur objectif de santé publique (ROSP). Il va falloir être force de proposition sur la santé de la femme.

Le grand sujet annoncé est l’organisation des soins non programmés, en particulier au sein des CPTS.
Le SYNGOF y défendra la place de la gynécologie dans toutes ses dimensions et la nécessaire coordination avec les autres acteurs territoriaux, en faisant respecter l’accès direct aux soins spécialisés pour les femmes, mais aussi la valorisation de la coordination avec les sages-femmes qui mérite un acte ponctuel de consultant (APC), comme avec le généraliste. De même une valorisation spécifique de la consultation en urgence pour métrorragies en début de grossesse incluant l’acte clinique et l’échographie sera proposée dans ce cadre.

Les résultats de ces négociations seront les derniers avant longtemps. Le calendrier ensuite enchaînera les élections professionnelles qui redessineront très probablement les données syndicales, et donc les rapports de force. Ensuite les élections présidentielles figeront jusqu’en fin 2022 tout espace de négociation prolongeant notre actuelle convention.

Enfin en septembre doit aussi être mis en place le cadre de la refonte de la CCAM, pour un chantier qui est annoncé durer 5 ans…

Et tout cela dans une époque aux lendemain incertains, baignée par la pandémie de COVID 19 qui s’invite et finit par s’imposer dans toutes nos démarches, tous nos protocoles, toutes nos organisations.

Le dernier trimestre 2020 sera très lourd pour l’avenir à court terme de nos professions. Le SYNGOF a besoin du soutien de ses membres : investissez-vous dans le conseil d’administration et, surtout, cotisez. Sans vos cotisations, le SYNGOF ne peut agir !

Dr Bertrand de Rochambeau, Président du SYNGOF, co-Président du BLOC

 

PUBLICITÉ