Mouvement du 14 octobre – Avenir Hospitalier

Avenir Hospitalier, Praticiens hospitaliers

AH_LogoBig2
Avenir Hospitalier était présent à la rencontre du 30 septembre avec le Cabinet de Mme Marisol Touraine et la DGOS.
Nous prenons note du fait que le préavis de grève posé par les 5 Intersyndicales a permis de faire bouger les lignes sur deux points :
L’attractivité des carrières et les conditions de travail : pour rappel, nous exigeons de vraies négociations devant aboutir à un renouveau de la confiance et de la sérénité au sein des hôpitaux, principalement sur les points suivants : le temps de travail (les discussions en cours partout pour ne pas appliquer les principes de l’arrêté de novembre 2013 sont un excellent exemple de la mesquinerie régnant dans les hôpitaux). Les principes du temps de travail des médecins doivent être totalement remises à plat. La pénibilité telle que définie par le Code du Travail, mais aussi celles spécifiques à nos métiers. La refonte de la grille salariale, l’intérim médical ne sera vaincu que si l’argent est redistribué pour une meilleure attractivité du public. Le DPC et la FMC puisque les médecins salariés sont les grands perdants du dispositif, sans oublier la gestion des fins de carrière.
On nous a dit que Mme Touraine avait conscience que les conditions de travail des médecins avaient changé et qu’il était temps d’agir. Nous allons donc voir ses propositions.
La gouvernance des hôpitaux. Il semble que nos exigences d’une gouvernance équilibrée redonnant plus de place aux médecins et aux équipes autour du soin aient été entendues sur le fond. Les discussions ne sont pas finies, mais nous avons été entendus ; encore faut-il que ça se concrétise, nous connaissons tous les rapports de force en jeu et les oppositions.
Madame Marisol Touraine nous reçoit le 9 octobre, nous la remercions par avance. Mais les avancées sur la place des médecins à l’hôpital devront être garanties, et nous attendons d’elle un engagement fort sur de vraies négociations sur les sujets qui tiennent à cœur tous les médecins hospitaliers, avec un cadre, un mandat, et un calendrier.
Enfin, nous ne pouvons plus accepter d’être exclus des droits élémentaires dont disposent tous les salariés concernant la protection de notre santé au travail. Les CME n’ont jamais été le lieu de ces débats, sinon nous n’en serions pas là où nous en sommes. Ce qui impose notre présence au CHSCT
Nous préviendrons les collègues des propositions et de leur contenu dès la fin de l’entretien du 9 octobre. En espérant qu’il ne soit pas trop tard après 2 ans et demi d’attentes et donc de dégradation des conditions de travail et des situations locales.

Nicole SMOLSKI
Administratrice du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers en Anesthésie Réanimation Elargi.
www.snphar.com
Présidente de l’Intersyndicale Avenir Hospitalier. www.avenir-hospitalier.fr
06 88 07 33 14