Les raisons de AH de se joindre au mouvement de grève des PH du 14 octobre

Avenir Hospitalier, Praticiens hospitaliers

Le SYNGOF, avec Avenir Hospitalier appelle à la grève des Praticiens Hospitaliers le 14 octobre pour protester contre la loi de santé, et tout particulièrement l’amplification de la gouvernance administrative de nos hôpitaux faisant fi de leur raison d’être médicale !
L’enquête concernant l’organisation polaire réalisée auprès des PH (http://snphar.isondage.com) est sans appel, il n’en a pas été tenu compte.
Les conséquences en sont lourdes et apparaissent dès à présent alors même que la loi n’est pas votée… et qu’une action est encore possible !!

INFORMEZ-VOUS, INFORMEZ VOS COLLÈGUES,
EXPRIMEZ-VOUS DE FAÇON EFFICACE

en vous associant à ce mouvement de grève soutenu par les intersyndicales de PH.

Pascale LE PORS-LEMOINE
Gynécologue obstétricien, Vice-présidente du Syngof et Vice-présidente d’Avenir Hospitalier

AH_LogoSmall

Le Conseil d’Administration d’Avenir Hospitalier a décidé de se joindre au mouvement de grève de 24 heures du 14 octobre 2014, avec les autres intersyndicales.
Les engagements pris par la Ministre lors de sa nomination n’ont pas été respectés, notamment la fin proclamée de la loi HPST. Nous nous sommes largement impliqués dans le Pacte de confiance, et nous sommes trahis par la Loi de santé en cours.
Les acteurs de l’hôpital devaient retrouver confiance, or la loi qui est proposée est une version étendue de HPST : plus de technocratie et de bureaucratie, rien pour la démocratie au sein de l’hôpital, rien n’est proposé pour entendre et améliorer la vie des acteurs du soin que nous sommes.
Nous avons beaucoup été reçus, mais très peu entendus.
Les dossiers vitaux tels que l’attractivité des carrières seul moyen de combattre l’intérim médical, la révision du temps de travail, les pénibilités, notre formation médicale continue bradée via le DPC, la possibilité pour les médecins de bénéficier de protection de leur santé au travail, sont en
souffrance depuis 2 ans.
La loi ne reprend aucune des propositions sur la gouvernance qui permette de laisser une place aux médecins au sein de l’hôpital, malgré une enquête dont les résultats assassinent l’organisation polaire actuelle. On espérait de la démocratie, on assiste à un renforcement des pouvoirs des
potentats locaux.
Les PH sont très mécontents, car ils ont été bernés, et assistent à une arnaque à la démocratie sanitaire. Qu’est ce qu’un hôpital loin du soin, où les médecins se sentent bafoués méprisés et où la gouvernance n’a pour objectif que le seul le critère de rentabilité et de retour à l’équilibre, quitte à prendre des libertés avec la loi notamment sur les emplois médicaux.
L’hôpital doit rester le lieu du soin, au juste coût, mais qui fait une place à ses acteurs.
Nous exigeons donc des négociations, des vraies, portant sur :

  • La place des médecins à l’hôpital, avec notamment une gouvernance équilibrée et juste, et des règles de démocratie interne.
  • L’attractivité des carrières médicales hospitalières, comportant un volet temps de travail, un volet formation continue, un volet pénibilités, un volet grille salariale, un volet conditions de travail, un volet fins de carrières.

La Loi n’est pas votée, elle doit prendre en compte les aspirations des acteurs du soin hospitalier.

Nous appelons donc les collègues dont nous connaissons le fort mécontentement à faire grève le 14 octobre