Le SYNGOF s’exprime suite aux propos de Bertrand de Rochambeau diffusés dans l’émission Quotidien sur TMC le mardi 11 septembre

Dans l’émission Quotidien sur TMC diffusée hier soir, Bertrand de Rochambeau, Président du SYNGOF, s’est exprimé en son nom personnel. Sa position personnelle illustre le droit des médecins d’utiliser la clause de conscience prévue dans la loi Veil (article L2212-B du code de la santé publique).
Le SYNGOF souligne que la clause de conscience est un droit des médecins qui ne peut être remis en cause. Mais le SYNGOF ne remet nullement en cause l’IVG. L’accès à l’avortement pour les femmes est un droit incontesté et incontestable et le médecin qui a le droit de refuser de pratiquer l’IVG au titre de cette clause de conscience, a l’obligation d’orienter sa patiente sans délais vers un autre praticien pratiquant l’IVG.
Emeline Barbé
Attachée de presse indépendante
06 87 76 17 23